Interventions 2016

Utiliser des robots : mon idée pour changer l’école par Christophe Batier

Après l’introduction de l’informatique à l’école dans les années 80, les CD ROM éducatif 90, internet à partir des années 2000, les réseaux sociaux 2010, on verra dans les années 2020 des robots ou plus largement les objets connectés prendre de plus en plus de place dans les classes.

Comme souvent en pédagogie, l’idée de l’utilisation d’objets programmables n’est pas nouvelle. Dans les années 60 Seymour Paper avait réalisé un petit robot, appelé la Tortue Logo, dans le but d’encourager les enfants à l’utiliser pour la résolution des problèmes.
Et aujourd’hui, avec l’évolution des technologies, notamment avec le développement des technologies autour des objets connectés, on voit apparaitre toute une gamme de robots éducatifs.

La plus rependue actuellement dans les classes concerne les petits objets plus ou moins intelligents et plus ou moins connectés dans les classes de nos bambins.

A parti de la maternelle jusqu’à la terminale, ils seront un jour ou l’autre en contact avec l’un de ces objets programmables. Avec ces petits robots, on peut découvrir les algorithmes à partir des fonctions de base jusqu’aux plus évoluées… Travailler en groupe, faire preuve d’imagination, de créativité, partager les trouvailles, se challenger sur des compétitions robotiques….

 

La tendance est au petit ( et de moins en moins cher – de 500€) robot, sur lequel on peut rajouter des fonctions au fur et à mesure de son appropriation.

Le premier modèle de cette famille à avoir connu un succès commercial et que l’on retrouve dans pas mal d’écoles, c’est le boitier Mindstorm de Légo.

Mais il reste cependant assez cher quand on doit rajouter les options à partir des boites de Légos

En seulement 2 ans, le petit robot Thymio (venu de Suisse) s’est vendu à plus de 10 000 exemplaires:

 

L’équipe Flower de l’INRIA Bordeaux propose une alternative très intéressante un peu moins ludique avec le projet Ergo qui est un bras articulé dérivé du projet Poppy https://www.poppy-project.org/fr/robots/poppy-ergo-jr

On commence aussi à voir des travaux de collaboration entre le Thymio et l’Ergo, offrant des solutions pédagogiques encore plus importantes.

A partir de cet été 2016, les australiens nous proposent le robot Edison plus simple, plus basique que Thymio et beaucoup moins cher.

Et en cette fin d’été 2016,  les anglais viennent de finaliser sur Indiegogo la campagne de financement du petit robot Marty.

On a là une tendance qui émerge dans le monde éducatif, avec ces petits robots, qui permettent plusieurs scénario pédagogiques (découverte, déduction, travail en équipe…)

  • qui pour certains supportent plusieurs langages de programmation,
  • qui peuvent parfois interagir les uns avec les autres
  • qui ne posent pas de problèmes logistiques quand on les range dans de petites boites
  • qui sont budgétairement accessibles (budget de 40 à 500€)
  • et qui proposent plusieurs niveaux de découvertes et de difficultés.

Pour aller plus loin dans la famille des robots programmables, il existe une gamme de robots plus évolués que ces petits robots de base mais aussi plus complexes et plus chers avec Poppy et Nao

Autres familles de robots que l’on retrouve plus fréquemment dans les écoles de Corée du Sud, ce sont ce que j’appelle les robots compagnons qui aident cette fois-ci les élèves dans leurs taches pédagogiques. Il en existe de nombreux modèles et la tendance est que la CPU soit une tablette ou un smartphone stocké sur un support constituant le corps du robot.

Dernière famille de robots présents actuellement dans les classes, ce sont les robots de téléprésence. Là aussi il existe tout une gamme de produits commerciaux.

Ces robots permettent à un public empêché de participer à la vie de l’école comme s’ils étaient présents dans la collectivité.

La variété de ces objets permet toute une série de scénario différents comme par exemple des compétitions robotiques qui peuvent réunir plusieurs dizaines de millier de participants comme à Robot World à Séoul :

Tous ces paramètres et les premiers retours d’expérience laissent à penser que l’on va retrouver de plus en plus  de ces petits objets dans les espaces éducatifs. Ils permettent de travailler sur les compétences autour de la programmation, la communication, la créativité et de la collaboration.

@crédits photo : CREP

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

POPULAIRES

To Top
Aller à la barre d’outils